La Connaissance Qui Compte

Knowing Counts / La Connaissance qui Compte logo

Cher(ère) concitoyen(enne),

Il existe nombreux arguments valables en faveur de la prise de décision éclairée par des éléments probants mais, pour que le peuple y croie, je pense qu’il nous faut plus d’histoires.

Avez-vous une histoire? Est-ce que vous ou votre organisation pourriez m’aider dans la recherche des histoires pour mon projet, La Connaissance Qui Compte?

Je m’appelle Ted Hsu. Je suis ancienne scientifique et ancien député fédéral de Kingston et les Îles. En 2014-15, j’ai mené une campagne nationale de sensibilisation pour le rétablissement du questionnaire détaillé de recensement par l’entremise de mon projet de loi d’intérêt privé C-626.

Comme bon nombre de Canadiens, je m’inquiète de la place précaire accordée aux éléments probants dans le débat public et la politique publique. On dit que nous sommes dans l’ère post-vérité, marquée par sa grande complexité, et sa société où règne la méfiance. C’est un monde dans lequel les gens se méfient des institutions publiques, les experts et l’expertise.

Ma riposte à ceci est d’embarquer à ce projet, La Connaissance Qui Compte. C’est un projet qui vise à recueillir, et ensuite à raconter, des témoignages sur la façon dont les gens ont aidé leurs prochains en remplissant le formulaire de recensement.

Je crois que faire découvrir à la population comment un processus décisionnel, éclairé par des  données probantes, a amélioré leurs conditions de vie, leur donne davantage confiance en un tel processus. Je crois qu’une histoire captivante montrera aux canadiens et canadiennes une façon de comprendre ce monde complexe. Je crois que se servir du recensement – un projet national de la recherche auquel ils ont contribué, et dans lequel ils ont intérêt – montrera comment ils ont, eux-même, produit les éléments probants, qui éclairent les décisions des organismes publics au profit d’eux-mêmes et leurs prochains.

Pourriez-vous contribuer de la matière première pour une histoire qui raconte comment les données du recensement (ou les données d’une enquête avec une base d’échantillonnage reposée sur le recensement)  ont aidé les gens dans leur vie quotidienne? Ou bien, une histoire qui raconte comment les données manquantes auraient pu aider?

Si vous pourriez répondre oui, faites-moi savoir et permettez-moi de vous contacter afin de vous interroger et de recueillir des informations. Si vous pourriez transmettre cette demande à vos collègues qui désireraient contribuer, je l’apprécierais énormément.

Je vous remercie pour votre temps, et votre attention.

Cordialement,

 

Ted Hsu

Tel: 613.449.8382 email: [email protected]

chercheur invité à l’école d’études politiques de l’Université Queen’s

No comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *